X

Notre catalogue

Droit pénal militaire congolais (Tome II)

Des peines et incriminations de la compétence des juridictions militaires en RDC (3ème édition)

Dans ce deuxième tome, Laurent Mutata Luaba analyse une autre facette des exactions qui peuvent être commises au sein de l’armée congolaise et commente les dispositions juridiques mises en place pour punir ou incriminer ces dérives qui entachent l’impunité de cette institution.

Droits humains et Démocratie -

Prix hors livraison : 24 €

Commander ce livre
Fiche détaillée
  • Poids : 325 G
  • Pages : 257 pages
  • format : 13,5 x 21,5 cm
  • Parution : 15 septembre 2019
  • ISBN : 978-2-39036-031-5

Description du livre

Les incriminations étudiées dans ce tome sont plus directement liées au symbole de l’honneur et du devoir, valeurs fondamentales d’une armée qui respecte et crédibilise son commandement sans jamais salir son drapeau. Désertions, insoumissions, falsifications de papiers militaires, ventes illégales d’armes, incitation au sabotage Tous les cas de figures sont finement détaillés, analysés et éclairés au regard de la loi en la matière. 

A propos de l'auteur

Laurent Mutata Luaba

Le général Laurent Mutata Luaba est juriste militaire de la RDC et sa renommée est internationalement reconnue. Revêtu du grade de général de brigade, il est actuellement Premier avocat général des forces armées auprès de la Haute cour militaire. Brillant chercheur et analyste rigoureux, sa passion pour le Droit se matérialise à travers de nombreuses publications. Il assure, depuis 2005, la formation des magistrats civils et des militaires, des avocats, des défenseurs des droits humains en matière de crimes internationaux et de violences sexuelles avec le concours des ONG internationales de droits belges comme "Avocats sans frontières", "RCN-Justice et Démocratie" mais aussi le programme "Réjusco", financé par l’Union européenne. Laurent Mutata Luaba est également membre de la Société internationale de droit militaire et de droit de la guerre ayant son siège à Bruxelles et de l’Association des procureurs d’Afrique (APA).